SAVOIR PRENDRE LA PAROLE EN PUBLIC : 8 ASTUCES POUR AVOIR LA CONFIANCE DE MICHELLE OBAMA

Si l’idée de présenter un projet devant tes collègues te donne des sueurs froides, si les exposés et autres poésies t’ont traumatisé•e à l’école, sache que tu n’es pas seul•e ! À une époque où savoir communiquer est essentiel, Sébastien, comédien de formation et co-dirigeant de la Spin Compagnie, une association dédiée au théâtre et à la prise de parole par le théâtre, nous livre ses secrets pour avoir le charisme de Barack Obama.
apprendre parler en public prise parole public confiance en soi pitch

Ne croyez pas que les hommes politiques improvisent. Ils apprennent souvent par coeur.

Pourquoi parler en public est-il si difficile ?

Prendre la parole en public, c’est comme sauter à l’élastique : on croit maîtriser le truc jusqu’à ce qu’on se retrouve sur le pont avec les pieds attachés, à regarder le vide ! Tout le paradoxe réside dans l’idée de vouloir se lâcher ou exister et en même temps de maîtriser la situation pour ne pas dire et faire n’importe quoi. Oser et contrôler en même temps, quand on n’a pas d’expérience en la matière, c’est très difficile. 

Et face à cet exercice d’équilibriste, on est vite paralysé par manque de pratique. Sébastien raconte ne pas avoir toujours été éloquent ! “La prise de parole a toujours été pour moi un moment difficile à appréhender. Il m’arrive encore d’avoir le cœur qui bat, des bouffées de chaleur et des difficultés à sortir mes premiers mots dans certaines circonstances.”

Mais Sébastien a progressivement appris à masquer cette appréhension et donner une impression de naturel et de maîtrise. Car une bonne prise de parole est tout sauf naturelle ! On s’est tous un jour senti un peu gauche, campé dans une posture hasardeuse, le cœur battant la chamade, transpirant de manière excessive, et avec une immense envie de retourner s’asseoir… Il faut alors apprendre à jouer la comédie !

Savoir s’exprimer en public est une compétence essentielle aujourd’hui

A l’ère de l’automatisation, être un bon technicien ou avoir une solide connaissance de son métier n’est plus suffisant. Les compétences personnelles, la communication en tête, prennent de plus en plus de place dans le monde du travail : il faut savoir se vendre, être capable de communiquer ses idées pour bien collaborer, apprendre à gérer son stress et maîtriser les techniques pour convaincre.

L’enjeu ? Progresser dans sa vie professionnelle et personnelle, que l’on aspire à occuper des fonctions de management ou de leadership au travail, à gérer des projets ou tout simplement à maintenir de bonnes relations avec son entourage. Sébastien raconte : “Vous n’imaginez pas le nombre de gens qui viennent me voir en disant : « Je veux avoir la même éloquence que mon collègue, il grimpe dans la hiérarchie de l’entreprise et pas moi alors que je travaille plus que lui... »” Cela crée une vraie frustration !

Pourtant, la capacité à communiquer à l’oral n’est que peu enseignée 

On part d’ailleurs souvent de l’idée reçue selon laquelle l’éloquence est une compétence innée, réservée aux personnalités extraverties et naturellement charismatiques. Or pour Sébastien, c’est en fait un exercice contre nature qui demande beaucoup de travail, et qu’il faut commencer dès le plus jeune âge ! C’est à la fois le fond et à la forme qu’il faut travailler. “Ne croyez pas que les hommes politiques improvisent,” explique-t-il, “ils apprennent souvent par cœur.” 

Et pourquoi on ne s’y mettrait pas dès l’école primaire, au collège et au lycée ? “Il faut consacrer des cours à la prise de parole en public au même titre que le français, les maths ou la musique,” défend Sébastien. “D’ailleurs, le gouvernement l’a bien compris en installant le grand oral du baccalauréat, qui est à mon sens une très bonne chose.” Il donne lui-même des cours de prise de parole en collège et observe des résultats spectaculaires sur les jeunes. 

Les bénéfices ? Plus aptes à communiquer et à maîtriser leurs émotions, plus confiants, les élèves se sentent plus sereins dans leur relation avec les professeurs, ils osent poser davantage de questions, ils se soutiennent entre eux, n’hésitent plus à parler à leur entourage de ce qui les dérange. Tout le monde y gagne !

Comment progresser ?

Que tu sois timide ou extraverti, si tu souhaites t’améliorer, un seul remède : la pratique !

La bonne nouvelle, c’est que dans ce domaine, tout le monde peut rapidement se mettre à niveau. “Progresser sur sa capacité à prendre la parole en public ne dépend que de ta volonté à t’engager. Que tu sois timide ou extraverti, si tu souhaites t’améliorer, un seul remède : la pratique !” 

Quelques tips :

  1. Pratique le plus possible, en te lançant régulièrement des petits défis du quotidien. Par exemple, n’oblige pas le serveur du restaurant à te faire répéter la commande, sors ta voix et parle bien fort quand tu demandes quelque chose à quelqu’un ! 
  2. Fais l’expérience d’abord dans un environnement dans lequel tu te sens en confiance, devant tes amis, ta famille : c’est un bon début et tu te sentiras progressivement plus à l’aise. Tu apprivoiseras ton stress et pourras ensuite t’exprimer plus sereinement en compagnie d’inconnus. Tu peux aussi progresser de façon ludique en t’inscrivant à des cours de théâtre.
  3. Identifie tes faiblesses et travaille ton élocution grâce à de petits exercices spécifiques. Tu peux te faire aider d’un coach en prise de parole ! Si tu as des problèmes d’articulation, lis un discours politique ou un texte en alexandrins une fois avec un stylo dans la bouche, une fois sans. Si tu parles trop vite, répète le même texte face à un ami mais cette fois, uniquement avec des gestes, comme si vous étiez muet. En installant davantage de gestes, ton phrasé ralentira considérablement. Puis oblige-toi à reprendre la même gestuelle mais cette fois avec la voix.
  4. Un discours de témoin de mariage à faire ? Un mémoire à soutenir ? Un projet à présenter ? Prends le temps de bien répéter, devant un ami si besoin. En fonction du type d’intervention - formelle ou non - n’apprends pas nécessairement par coeur, au risque de bloquer complètement en cas de panne de mémoire, mais assure-toi d’avoir bien en tête tous les points clefs ainsi que la structure du ton raisonnement. Fais en sorte de bien maîtriser ton sujet en anticipant les questions qui pourraient t’être posées : tu te sentiras en confiance et cela aura une influence positive sur ton attitude (d’ailleurs à ce sujet, ta mère te dirait de te tenir droit !). Ton public aura encore plus envie de t’écouter !
  5. Fais des pauses pendant ton discours : laisse le temps à ton auditoire d’apprécier tes propos. On a parfois tendance à s’emballer par peur d’oublier la suite. Force-toi à bien respirer !
  6. Rappelle-toi que les gens retiennent à 80% la forme d’un discours. Donc relativise si tu as dit une bêtise, à partir du moment où tu gardes le sourire et une attitude confiante, il y a de bonnes chances que ce soit passé inaperçu !
  7. Pour t'inspirer, jette un oeil au très bon livre de Bertrand Périer, La parole est un sport de combat et regarde ce TedX de Julian Treasure : How to speak so that people will want to listen.
  8. Accepte-toi ! Tu es timide ? Tu as parfois des tics de langage ? Tu as légèrement bégayé lors de ton dernier exposé ? Ce n’est pas une fatalité. Sois fier•e de ce que tu es et de tes petites victoires, beaucoup d’apprentis orateurs se dévalorisent. Prends-toi au sérieux, tu peux le faire !
Un grand merci à Sébastien de la Spin Compagnie pour son aide dans la rédaction de cet article ! 

Telescope est un média sur l'univers de l'éducation pour inspirer étudiants et jeunes diplômés à se réaliser dans l'école, l'université ou le bootcamp qui leur correspond. Rejoignez l'aventure sur Facebook et Instagram !

Découvrir les écoles